MI

9 novembre 2018 Non Par Klagg TrenteSix
MI

 

D’abord le papier. La feuille blanche.Longtemps je suis restée sans voix devant cet océan de possible. Paralysée.
Pourtant je suis graphiste et je vis avec les formes, les couleurs, les images. Mais la création pure m’ouvrait une si grande fenêtre qu’elle me donnait le vertige.

C’est la rencontre avec l’artiste sculpteur Christine Miller qui a tout déclenché et m’a conduite sur les chemins du lâcher prise pour enfin me laisser guider par l’émotion et le ressenti.

Mes créations naissent de la fusion des matières.
Le papier est plongé dans l’eau, il s’imprègne, se détend. Puis les gouttes d’encre se mélangent, des volutes se forment et se dispersent, évoluant sans cesse. Quelque chose est en train de naître sous mes yeux. Le papier prend vie et raconte déjà une histoire, il ne me fait plus peur, il m’inspire.
Après évaporation, je m’approprie l’image, je la fais mienne, lui donne un sens. Les fleurs séchées sont merveilleuses, elles se posent sur les couleurs, je les place, les déplace. Je les regarde, je laisse passer le temps et un jour le tableau se compose, l’équilibre est là.

Aujourd’hui c’est le partage avec d’autres regards qui me grise et je me sens vivante.

Mi

Contact : mail

ou bien ici ; ou encore la